Historique

1891

Projet de créer dans le canton de Neuchâtel un asile destiné aux "vieillards femmes". Jusqu'à cette époque, seuls les hommes bénéficient de ce privilège.

De nombreux dons affluent, les plus modestes provenant d'enfants, de domestiques, de pauvres femmes, les plus importants de gens fortunés. Une somme de 39.000 frs est ainsi collectée.

1902

Le capitaine Fritz Girard, député au grand conseil et habitant de St Martin, est très actif dans ce projet. Il lègue par testament sa maison au "fond de l'asile à créer pour vieillards femmes". Il décédera deux mois après.

1904

Le conseil d'État de Neuchâtel décide de créer cet asile, vu la belle situation financière du fond et le legs de M. Fritz Girard.

Janvier 1905

Ouverture du premier asile pour "vieillards femmes" à Chézard –St Martin.

1951

Création de la fondation Édouard Dubois et de la fondation de Asiles cantonaux pour femmes.

1973

Fusion de ces deux fondations, sous la désignation de Fondation des Établissements Cantonaux pour Personnes Âgées (FECPA)

1993

La FECPA décide de trouver une nouvelle affectation à la maison, la politique de la santé publique semblant mener au développement des soins à domicile et homes médicalisés, au détriment des homes dits simples.

1999

En juin, la population apprend par voie de presse la décision de fermer le home en novembre et de le transformer en centre pour requérants d'asile, vu l'urgence de la situation en ce domaine. C'est un tollé. Une pétition circule en faveur du home, elle recueille 12'500 signatures dans toute la Suisse en un mois seulement. La fermeture de la pension est différée. Deux groupes de travail sont alors constitués.

  • L'un étudie avec la FECPA et l'État les possibilités de maintenir le home ouvert.
  • L'autre s'attelle à trouver d'autres solutions d'accueil de réfugiés dans la commune.

décembre 1999

La FECPA annonce sa décision de renoncer définitivement à exploiter le home au delà de décembre 2000 vu, entre autre, sa non-conformité aux nouvelles normes cantonales. Elle accepterait par contre de le vendre.

janvier 2000

Création d'un groupe "pour la sauvegarde des Lilas", qui cherche des solutions pour éviter le départ des pensionnaires. Des collectes de fonds sont organisées, beaucoup de personnes âgées donnent du peu qu'elles ont pour sauver le home.

22 août 2000

Grâce aux dons recueillis, création de la Fondation les Lilas, qui poursuit les négociations. Entre-temps, les pensionnaires quittent peu à peu le home pour être placés dans d'autres institutions (médicalisées ou non). C'est un déchirement pour tous.

11 janvier 2002

La Fondation les Lilas rachète le home du même nom, elle a obtenu un crédit bancaire d'achat et de rénovation.

Printemps 2002

Début des travaux de rénovation, avec réouverture en 2003.